Divorce

Comment divorcer avec un minimum de douleur ?

Le divorce marque la fin irrémédiable (normalement) d’une longue ou moins longue histoire d’amour et d’une toute aussi longue vie commune. Cela représente déjà, en soi une rupture totale, un changement de vie complet et, surtout un retour à la case départ. Bien sûr, pour beaucoup de personnes, cela constitue également un soulagement, une libération, mais il est nécessaire, quoi que pas toujours, de réapprendre à vivre seul. C’est donc un événement déjà bouleversant en soi. Imaginez que vous devez ajouter à ce changement radical une longue procédure et des frais importants. Autant donc chercher un moyen de divorcer en douceur afin de s’économiser un maximum de déboires et d’effectuer le changement de statut avec le, plus de douceur possible.

Un divorce rapide et pas cher

Dans l’arsenal juridique français, il existe plusieurs sortes de divorces, quatre en réalité. Que diriez-vous si une de ces procédures avait l’avantage d’être à la fois rapide et peu coûteuse ? Un rêve ? En réalité, ce rêve existe et porte un nom : le divorce par consentement mutuel. Le principe est simple, et clair, il suffit que les deux époux soient d’accord pour se séparer et d’accord sur les modalités de leur séparation. Les avocats de chacune des deux parties n’ont plus qu’à se mettre en contact pour rédiger ses modalités et le juge à les valider. Pas de longue procédure, pas de plaidoirie, donc moins de frais d’avocat. En somme un divorce rapide et pas cher.

Parlez-en 

La séparation et ses conséquences pouvant être douloureuse, il est essentiel de ne pas rester seul face à cette épreuve. Sans parler de faire appel à un psychologue, entourez-vous de vos proches et de votre famille et pour cela n’hésitez pas à leur parler. Plus qu’un avocat, c’est bien eux qui pourront vous soutenir moralement et vous aider à passer ce mauvais moment.

Comment divorcer le plus rapidement possible tout en faisant des économies

La séparation légale de deux époux implique l’entame d’une procédure de divorce. Cette procédure requiert l’intervention d’avocats, représentant les deux parties et celle d’un juge dans certains cas. Chaque époux devra payer les honoraires de son avocat et peut être des frais de justice, selon le type de séparation choisi. Le coût à prévoir par chaque conjoint peut excéder les 6 000 euros. Quelles solutions pour se séparer plus rapidement en réalisant des économies ?

Opter pour un divorce à l’amiable

La solution la plus évidente pour divorcer rapidement et pas cher reste le divorce par consentement mutuel. Cette forme de séparation a été simplifiée considérablement ces dernières années, rendant la procédure moins longue et moins coûteuse. En effet, les conjoints ne se présentent pas devant un juge des affaires familiales. Ainsi, chaque époux n’aura à sa charge que les honoraires de son avocat. De plus, vu que la procédure est plus rapide, ces frais sont allégés. Pour divorcer plus économiquement, faites le choix d’une procédure de divorce rapide.

Réduire la durée du divorce contentieux

Au cas où deux conjoints décident de se séparer suivant une procédure de divorce contentieux, le moyen le plus simple pour réaliser des économies et accélérer l’opération, est de trouver rapidement un accord sur les modalités du divorce. Il est, en effet, noté que les époux en instance de divorce contentieux s’entendent sur le principe, mais sont souvent en opposition sur les effets de la séparation. Ces désaccords ont pour conséquence d’allonger la durée de la procédure juridique. Plus cette durée est importante, plus les honoraires d’avocat seront élevés.

Demander l’aide juridictionnelle

Un autre moyen pour divorcer pas chère est d’avoir recours à l’aide juridictionnelle. Il s’agit d’un dispositif qui prend en charge tout ou une partie des frais juridiques résultant de la procédure, plus particulièrement les honoraires des avocats. Chacun des conjoints peut bénéficier de cette aide, sous condition d’être éligible au dispositif. A noter que les frais de notaire peuvent également être inclus dans la prise en charge.

Comment quitter son conjoint en douceur ?

Se rompre avec amabilité paraît-il irréalisable pour vous ? Aborder le sujet sur la séparation semble plus difficile car une rupture fait toujours mal. En plus, l’initiateur a peur de la réaction de l’autre qui pourrait aggraver la situation. Pour cela nous vous conseillons d’aller consulter un thérapeute ou un psychologue, pour demander son avis. Ses précieux conseils vous aideront à discuter sans vous déchirer.

Assumer sa responsabilité et rompre en face

Mettre à terme une relation amoureuse demande un grand courage. Vous devriez comprendre l’émotion de l’autre surtout qu’il ou elle ne s’attend pas à cela. Se séparer par un simple message, par le biais de réseaux sociaux ou par téléphone. Tout cela démontre votre immaturité et votre lâcheté, il faut le faire en tête à tête même si c’est dur : inviter pour un dîner romantique, soignez votre apparence et surtout les mots. Vous devriez affronter les émotions parce qu’il vaut mieux  rompre que de continuer une relation que vous ne serez pas heureux. En tant qu’Initiateur de la rupture, vous devez montrer un air triste et désolant pour apaiser sa souffrance parce que personne n’aime être rejeté.

Développer les raisons de la rupture

Une séparation ou un divorce est toujours douloureux. Et c’est la raison pour laquelle de bien définir l’argument de votre décision, l’honnêteté fait raisonner l’autre. De plus, partir sans avoir laissé une explication montre une grande lâcheté de votre part et surtout très blessante. Vous devez avouer la vraie raison de votre départ, tout en évitant d’accuser l’autre ou de faire des reproches, ce geste l’aidera à faire son deuil et de pouvoir tourner la page. Et même si la victime n’accepte pas la situation, donnez-lui du temps, ne pas couper immédiatement le contact.

Choisir le bon moment pour l’annoncer ?

Le bon moment n’existe pas, mais c’est probablement les circonstances qui le déterminent. C’est-à-dire une fois que vous avez pris la décision, que vous êtes sûres de rompre, il faut l’annoncer, peu importe la date ou l’évènement. Il est important aussi de le faire dans un endroit paisible et neutre. Bref, il n’y a pas de moment favorable pour informer votre décision ni de bonne méthode, mais faites le avec tact pour ne pas trop blesser votre conjoint. Et il vaut mieux le faire le plus vite possible pour ne pas vous torturer et pour ne pas laisser l’autre vivre dans un faux espoir.

S’attendre à la réaction de l’autre

Les réactions post-rupture sont difficiles à gérer, mais vous devez l’affronter. Après l’annonce,  votre rôle est d’apaiser la tension de l’autre, il arrive que le concerné :

  • Pleure : laissez-le fondre en larmes puis expliquer pourquoi votre décision
  • Reste muet : demandez ce qu’il ou elle pense puis gardez encore le contact
  • S’énerve : évitez de monter aussi le ton, vous devez être compréhensif
  • Essaie de vous convaincre de revenir sur votre décision : restez ferme et ne jouez pas à ses sentiments.

La médiation familiale et ses relatifs

Le divorce peut entrainer des tas de conflits et si les 2 parties veulent trouver une entente, sur n’importe quel sujet, la médiation familiale s’avère être une solution tout aussi efficace que pratique. Quoi qu’il en soit, cette méthode de règlement de désaccord est conseillée en la présence d’un avocat !

Comprendre la médiation familiale

Au Québec, la médiation familiale est de plus en plus adoptée. La raison est que le ministère de la Justice de cette province a offert la médiation familiale depuis 1997 aux couples avec enfants à charge. C’est valable pour les couples mariés ou de compagnons de fait.

Pour éviter alors une séance sur la parentalité après la séparation, les couples en rupture ont la possibilité de profiter de 5 séances gratuites de prestations professionnelles pour une révision d’un jugement.

Pour recourir à la médiation, il est tout à fait possible de la faire dès que la décision de se séparer ou de divorcer est prise. Il est aussi faisable de le faire tout le temps qui reste.

Les sujets à traiter sont variés :

  • L’autorité parentale
  • La garde des enfants
  • Les droits de visite
  • Le partage du patrimoine familial
  • Les pensions alimentaires

Ce n’est pas une liste exhaustive, car tous les détails qui se rapportent à la réorganisation familiale sont possibles à aborder.

Qu’en est-il de l’avocat de la médiation familiale ?

L’avocat médiateur est un expert qui maitrise parfaitement les éléments juridiques nécessités pour tout cas et il est contraint aux mêmes règles que les autres avocats. Il est principalement autorisé par le Barreau du Québec.

En outre, l’avocat médiateur est formé pour maitriser l’art de la négociation et de la médiation, tout en maintenant un esprit d’impartialité !

Pour faire le choix de votre avocat de médiation familiale, sachez qu’il doit remplir certaines conditions avant de pouvoir exercer. Ainsi, il doit :

  • Faire partie du barreau du Québec
  • Disposer au moins de 3 ans d’expérience en tant qu’avocat
  • Avoir suivi une formation de base de 60 heures en médiation familiale
  • S’engager à achever 10 mandats de médiation familiale